.

Maxwell

Histoires de campeurs

« Le camp était un endroit où je n'avais pas besoin d'être un adulte tout le temps. Au camp, je n'avais pas à m'occuper des autres … Cela m'a aidé à comprendre que je suis important et que j'ai parfois besoin de prendre ma vie en main, même s’il s’agit parfois d’aller camper un peu. »

Maxwell n’a pas eu une enfance facile. Aîné de quatre frères et sœurs, il travaille à temps plein depuis l'âge de 16 ans – jonglant parfois avec deux emplois – pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille de Saskatoon.

Parfois, aller au camp durant l’été – ce qu'il faisait chaque année depuis l'âge de 11 ans – semblait être la seule pause que Maxwell avait.

« J'ai toujours eu beaucoup de responsabilités sur mes épaules et j'ai peut-être grandi trop vite », dit Maxwell.

« Le camp m'a toujours donné espoir en quelque chose tout au long de l'année. Ayant grandi dans une famille à faible revenu, le camp était constant. Cela m'a beaucoup appris sur l'équilibre travail-vie personnelle. Cela m'a aidé à comprendre que je suis important et que j'ai parfois besoin de prendre ma vie en main, même s’il s’agit parfois d’aller camper un peu.

Prendre soin des autres est dans la nature de Maxwell. C'est ce qui l'a poussé, maintenant âgé de 19 ans, à faire du bénévolat au sein du Conseil Consultatif des jeunes des Camps Tim. Revenir au camp chaque année l'a aidé à découvrir son potentiel et à devenir un leader - et maintenant il travaille à créer la meilleure expérience possible pour les futurs campeurs.

Pourquoi as-tu décidé de donner de ton temps au Conseil Consultatif des jeunes?

Une raison derrière cela était juste de voir à quel point le camp était un endroit formidable. J'ai également rejoint le Conseil consultatif des jeunes des Camps Tim parce que je pensais à ma propre expérience .

 Enfant, je craignais de ne pas être l'enfant parfait, parce que je suis queer, parce que je suis bispirituel, je ne suis pas le genre d'étiquette que quelqu'un veut avoir.

J'ai réalisé à quel point il est important pour les autres enfants comme moi d'avoir une bonne expérience au camp. Peu importe à quel point les gens du camp ont essayé de me faciliter les choses, c'est toujours une chose difficile, surtout quand vous êtes plus jeune.

Donc, je voulais prendre ce que j'ai appris de mes expériences et l'utiliser pour aider d'autres enfants.

Te rappelles-tu tes premières impressions du camp?

C'était définitivement un peu lourd au début. J'ai toujours eu un peu d'anxiété sociale, donc c'était accablant. Et ce, pendant quelques années.

Mais chaque année, ça s’est amélioré.

Y a-t-il une année en particulier que tu as préférée ?

Je dirais que c’est ma dernière année de camp. Je suis allé au camp à Kananaskis, où je suis allé pour la première année. Y retourner était fou – étant maintenant adulte et capable de réaliser à quel point ma vie avait changé et comment j'avais changé au fil des ans. C’était réconfortant et la boucle était bouclée.

Un garçon de mon groupe et moi avions été ensemble lors de ma première année au camp et nous avons pu reprendre contact. Nous nous parlons encore à ce jour. Nous avons l'intention de nous voir quand je déménagerai à Vancouver.

Quels sont tes projets là-bas ?

Je vais à l'école de cinéma. Cela a toujours été mon objectif principal.

Je veux pouvoir amener ma communauté et nos gens aux médias et au grand écran.

Voir d’autres histoires de campeurs: